Nom : 

Les moulins de l'île Bizard

Adresses : 

Près de la rue Grilli
   (moulin du SO de l'île);
Chemin du Bord-de-l'eau, angle 3e avenue
   (moulin du NE de l'île);
Montréal (île Bizard)

Cadastre : 

Lot 8 (moulin du SO de l'île),
lot 100 (moulin du NE de l'île),
cadastre de l'île Bizard

Cadastre du Québec : 

-

Date de construction : 

1769 (moulin du SO de l'île),
1850 (moulin du NE de l'île)

Date de destruction : 

? (moulin du SO de l'île),
avant 1915 (moulin du NE de l'île)


Historique de l'immeuble

C'est en 1769 que Pierre Foretier, un marchand de Montréal qui vient d'acquérir la seigneurie de l'île Bizard ainsi que le fief Closse à Montréal, entreprend la construction d'un moulin à la pointe Sud-Ouest de l'île Bizard. Il décède en 1815. À la suite d'un long procès concernant sa succession, c'est sa fille Marie-Amable, épouse de Denis-Benjamin Viger, qui hérite de la seigneurie en 1842. Viger fait construire un manoir seigneurial en 1845 puis un second moulin en 1850 au Nord-Est de l'île, face à l'île Jésus.

Il existe à cette époque un conflit entre Viger et les prêtres du Séminaire de Québec, propriétaires du moulin du Crochet à Laval-des-Rapides. Invoquant leur droit de banalité, ceux-ci tentent d'empêcher les habitants du haut de l'île Jésus d'aller faire moudre leurs grains à l'île Bizard située plus proche. Viger prétend quant à lui que le droit de banalité s'est éteint avec la cession de la Nouvelle-France en 1763 et il encourage les Lavalois à venir chez lui !

Au décès de Viger, c'est son ami Côme-Séraphin Cherrier qui hérite de la seigneurie. On ne possède que peu de documents sur l'histoire de ces moulins, mais un plan d'arpentage nous montre les installations du moulin du Nord-Est de l'île en 1873. Après la mort de Cherrier, ses deux filles vendent les moulins aux trois frères Boileau, menuisiers de l'île Bizard. Le moulin du Nord-Est ne tourne cependant que peu d'années par la suite car en 1909, subissant trop violemment les glaces dans le rapide du chenal du Nord de l'île, ses mécanismes sont déménagés au Sud-Ouest de l'île, face à Montréal.

Références

  • Demers, J.-Urgel, Aperçus historiques sur l'île Jésus, [s.l.], L'Atelier, 1957, pages 105-106.
  • Labastrou, Éliane, Histoire de l'île Bizard, Corporation de la Municipalité de Saint-Raphaël-de-l'île Bizard, 1976, pages 109-111.